Elizabeth, la reine mère

William Shawcross



Date de parution : 30/06/2011
ISBN : 978-2-84876-195-4
Format : 14,5 x 22 cm
Pages : 480
Prix : 24.00 €

Elle naît avec le XXe siècle, le 4 août 1900, et meurt au XXIe, le 30 mars 2002. Elizabeth Angela Marguerite Bowes Lyon, descendante d'une très ancienne famille d'aristocrates écossais. Entre château moyenâgeux en Écosse, manoir dans un comté du Sud de l'Angleterre et résidence londonienne, gouvernantes et préceptrices, Elizabeth et ses nombreux frères et sœurs vivent une enfance de rêve, dans un monde que la Première Guerre mondiale va dissoudre.

À vingt ans, Elizabeth est une ravissante petite personne - brune, un teint de pêche, des yeux bleu myosotis, un charme fou dont elle use en véritable comédienne, un formidable appétit : de bonne chère et de la vie en général. Le prince Albert, duc d"York, deuxième fils du roi George V, en tombe amoureux dès leur première rencontre. Il lui faudra néanmoins près de trois ans pour la conquérir.

Dès lors, Elizabeth entre dans l’histoire de la Grande Bretagne. Duchesse d’York, reine consort lorsqu’Albert devient George VI à l’abdication de son frère Edward VIII, reine mère dès 1952. La dignité, le courage, la compassion du couple royal pendant la Seconde Guerre mondiale lui valent l’amour du peuple. La reine mère survivra un demi-siècle à son mari, déployant une activité stupéfiante. Véritable commis voyageur de son pays – les gouvernements successifs la dépêcheront aux quatre coins du Commonwealth, chacune de ses visites sera un triomphe, les foules délirent à son passage, séduites par son légendaire sourire. Qui dissimulait, au dire de plusieurs témoins, une certaine duplicité, voire de la dureté. Elle multiplie les patronages, de régiments ou de fondations, les œuvres caritatives, les voyages d’agrément. Assiste, désolée bien sûr, aux déboires matrimoniaux de ses petits-enfants, connaît de nombreux et graves problèmes de santé, mais quasiment jusqu’à son dernier jour, demeure curieuse du monde comme il va.

Pour raconter cette existence étonnante, William Shawcross a eu accès aux archives de la famille royale, notamment à la correspondance de la reine mère avec ses proches, amis ou parents. Des lettres, écrites d’une plume alerte, qui la révèlent amoureuse, primesautière, moqueuse, mais aussi gardienne sourcilleuse de la dignité de la fonction royale. « Elle a magnifié la vie comme personne », a dit le prince Charles dans l’hommage public qu’il lui a rendu après sa mort.

 

 

« Palpitant, [un livre] bourré d’anecdotes, qui dévoile l’incroyable caractère de cette souveraine qui traversa les siècles. » Charles Rouah, Femme actuelle