Glissez, mortels

Charlotte Hellman



Date de parution : 03/01/2019
ISBN : 978-2-84876-714-7
Format : 14,5 x 22 cm
Pages : 208
Prix : 18.00 €

« Paul, Berthe et Jeanne : je suis issue d’une triple histoire d’amour. Un homme, peintre célèbre, deux femmes et une enfant illégitime – ma grand-mère. Cette histoire m’a été racontée depuis mon enfance. Mais j’ai voulu savoir ce qui s’était vraiment passé. Les faits bruts, je les connaissais. En 1912, Paul Signac quitte sa femme Berthe pour une amie du couple, l’artiste Jeanne Desgrange. Pour lui, celle-ci divorce et abandonne ses enfants. Paul, de son côté, ne divorcera jamais, et parviendra à faire adopter par Berthe l’enfant qu’il aura de Jeanne. Quelle était la nature de cet amour, si vertigineux, qui leur a permis de repousser l’égoïsme, la souffrance, le doute, pour tenir bon, à trois ? »
Ch. H.


D’une écriture élégante, sans concession, Charlotte Hellman nous plonge dans la vie amoureuse et dans l’ardeur créatrice du grand peintre qu’était Paul Signac, un homme travailleur, sportif, passionné, engagé politiquement et artistiquement aux côtés des avant-gardes, ami de Van Gogh, Monet, Seurat, Fénéon, Bonnard… La fin de siècle, la Première Guerre mondiale et sa tragédie, l’effervescence artistique de l’époque forment la toile de fond de cette histoire d’amour et de tolérance. Les interrogations de l’auteure permettent de déployer le destin de ces trois êtres, en s’appuyant sur les souvenirs familiaux mais aussi sur une abondante correspondance. Fascinante immersion dans l’intimité d’un homme et de deux femmes hors normes, qui surent conquérir leur liberté face aux rigidités de leur temps. Trois êtres étincelants, résolument modernes.

« Charlotte Hellman, dans ce premier livre, tente avec élégance de comprendre comment Paul, Berthe et Jeanne ont "tenu bon", à trois. Elle écrit sans doute pour mieux se voir elle-même dans ces reflets sur l’eau, descendante de ces fortes femmes disparues et de cet homme qu’elle n’arrive pas à mal juger. » Le Figaro

 

« C'est une histoire inouïe que retrace Charlotte Hellman et elle le fait avec une grande délicatesse ; prudemment d'abord, puis avec fougue. Elle tente de comprendre la situation de ses arrière-grands-parents, s'oblige à ne jamais prendre parti, tout en s'irritant parfois du comportement des uns et des autres. [...] L'auteure réussit à saisir au plus près les émotions de cet improbable trio et livre en creux un captivant portrait du milieu artistique du début du XXe siècle. » Le Figaro Magazine

 

« Correspondance à l'appui, Charlotte Hellman conte le quotidien de ce quatuor et le devenir de Ginette. Un pendant lucide et tendre à la biographie du peintre que sa propre mère, Françoise Cachin, écrivit il y a près de cinquante ans. » Le Journal des Arts

 

 

 

Librairie Tome 7

Paul Signac, le peintre, vous connaissez. Mais l'homme ? Il était anticonformiste, dans sa peinture comme dans sa vie. Une intimité dévoilée avec pudeur et finesse que l'on découvre avec intérêt. 

 

Voir tous les coups de coeur de ce libraire