On va revoir les étoiles

Emmanuel Sérot



Date de parution : 07/02/2019
ISBN : 978-2-84876-716-1
Format : 14,5 x 22 cm
Pages : 192
Prix : 17.00 €

C’est un voyage ni prévu ni voulu qui attend le narrateur lorsqu’il place ses parents dans une maison de retraite. Puisque sa mère ne sait plus où elle est et que son père commence à se perdre dans les méandres de son fleuve intérieur, il les éloigne pour toujours de leur demeure provençale, le rêve de leur vie. Visite après visite, il puise auprès d’eux ce qu’ils ont été, des parents vaillants et solides. Dans le village où plus rien ni personne ne l’attend, il recherche son enfance aux étés gorgés de soleil, et des réponses à cette question lancinante : « Pourquoi n’avons-nous rien vu venir ? » Malgré son chagrin et son désarroi, il trouve dans ce lieu de vie de la délicatesse et du dévouement, du réconfort pour ce qui n’est plus, des baisers, de l’amour aussi.

Dans ce premier roman à l’écriture limpide et poétique, Emmanuel Sérot montre avec beaucoup de sensibilité comment, à partir des difficultés quotidiennes du vieillissement, les mots peuvent faire surgir une souriante humanité : celle des soignants, des enfants devenus adultes et pétris de nostalgie, des parents eux-mêmes dont la fragilité touche profondément le lecteur. Car c’est lorsqu’on pense aborder ses toutes dernières longueurs que la vie peut réserver bien des surprises…

ISBN EPUB : 978-2-84876-717-8

EPUB, protection par filigrane
10.00 €

Fnac Bellecour

Les mots d'Emmanuel Sérot pointent l'histoire de tous, et de chacun.

Au milieu de tous les textes que nous croisons, il est des livres, dont nous ne sortons pas indemnes, et que nous gardons longtemps dans nos mémoires et surtout dans nos cœurs. On va revoir les étoiles est de ceux-ci. En partie parce qu'il résonne en nous, car qui n'a pas connu le déchirement, d'assister à l'étiolement, à la dégradation inéluctable d'un être cher ? Mais aussi parce que ce livre, pour poignant qu'il soit, n'est pas uniquement au service de la tristesse, des passages lumineux nous font osciller entre larmes et sourires. À noter également, un bel hommage au personnel des maisons de retraites, pris entre son désir de veiller correctement sur les anciens et les contingences financières, qui l'entravent chaque jour un peu plus.
 
Catherine Connan

Voir tous les coups de coeur de ce libraire