Amadeus à bicyclette

Rolando Villazón


Roman traduit de l'espagnol (Mexique) par Jean-Marie Saint-Lu 



Date de parution : 05/05/2022
ISBN : 978-2-84876-948-6
Format : 14.5 x 22
Pages : 432
Prix : 21.00 €

Un jeune Mexicain, Vian Maurer, débarque à Salzbourg pour participer à une production de Don Giovanni comme simple figurant. Triste perspective pour celui dont le rêve de devenir artiste lyrique fut très tôt contrarié par un père despotique et des professeurs incapables.

Alors, durant ses heures d’oisiveté, Vian parcourt la ville à vélo aux côtés de la fantasque et secrète Julia, et de son inquiétant colocataire Jacques. Il découvre une ville encore hantée par le souvenir de Mozart, croise la route d’anonymes qui le bouleversent : un SDF jardinier, Herr Wolfgang, et un vieux libraire, baptisé Perec, qui l’initie à la littérature.

Tandis que la date de la représentation approche et que des psychodrames secouent la troupe, Vian apprend l’arrivée à Salzbourg de son père, bien décidé à le ramener au Mexique pour le mettre enfin au travail. Vian pourra-t-il se résigner à l’avenir morne et raisonnable auquel son père le destine ?

Ce roman foisonnant mené tambour battant raconte avec autant d’humour que d’émotion le parcours d’un jeune homme poétique et idéaliste. Amadeus à bicyclette, par son hommage à la spontanéité créatrice et à la droiture de Mozart, est surtout un appel à poursuivre ses rêves.

ISBN EPUB : 9782848769493

EPUB, protection par filigrane
13.99 €

« Une langue puissante, à l’école des grands écrivains latinoaméricains comme Borges, García Márquez et Vargas Llosa. » Daniel Barenboim

« Divertissant, spontané et libre. » Victoria M. Niño, El Norte de Castilla 

« L’auteur se perd dans les rues de Salzbourg, mais il se retrouve très vite, à mi-chemin entre Kafka et Juan Rulfo. » Jesús Ruiz Mantilla, El País

« Villazón a écrit un magnifique roman sur le succès et l’échec. » Juan Ángel Juristo, ABC Cultural

« L'auteur, ténor célèbre, nous offre une comédie réjouissante dont le héros se rit de ses échecs et des grincheux. » Emmanuelle de Boysson, Version femina